Edito

L’Académie d’Ostéopathie de France au point d’équilibre d’un monde qui change

Point d’équilibre ou point tranquille, nous n’avons pas encore de traduction exacte pour le l’expression  « Still Point ». Tous les ostéopathes savent par contre que ce phénomène n’est pas si tranquille. Cette immobilité constatée est souvent  le marqueur du changement annoncé dans nos traitements manuels.

Notre académie vient tout juste de traverser une telle phase, forte de remous et de changements. Nous avons dû l’aider à se renouveler, s’alléger et renaître dans un équilibre adapté au monde ostéopathique d’aujourd’hui, tellement différent de celui qui fut le support de sa création par une volonté commune de la profession en 1997.

Avec le soutien des professionnels qui nous apportent confiance et moyens et l’enthousiasme inchangé des étudiants qui viennent chercher des documents pour leurs études, nous avons redéfini les moyens et les services de base qui constitueront une ressource durable pour nos adhérents.

Aussi, nous sommes heureux de vous annoncer les nouveautés suivantes :

  • Notre CDI permet à nouveau l’emprunt de documents.
  • Nous avons mis en place un service de numérisation et communication des mémoires de fin d‘étude
  • Notre catalogue s’enrichit ainsi de ressources numériques toujours plus nombreuses.
  • Nous sommes prêts pour relancer notre publication phare, ApoStill avec de nouveaux moyens facilitant son accessibilité, en ligne et par correspondance
  • Vous pouvez désormais adhérer à l’Académie d’Ostéopathie en ligne, avec un formulaire d’inscription et un paiement par carte bancaire, qui vous permettra d’accéder plus rapidement à nos services.

Nous serons bien sûr toujours présents auprès des ostéopathes dans les grands évènements qui rythment l’année, prêts à recueillir vos retours et à définir des projets avec vous.

Car si l’Académie se dématérialise, c’est bien pour être plus proche de vous. Nous avons perçu à quel point les ostéopathes avaient besoin que nous soyons à leurs côtés tout autant que nous avons besoin de vos recherches et productions de savoir pour les partager.

Ainsi, et je vous ai gardé le meilleur pour la fin, nous avons pu grâce à toute cette réorganisation diminuer la cotisation de plus de moitié, et  vous pourrez désormais adhérer à partir de 90€ par an à notre association et même à partir de 45€ pour les étudiants et jeunes praticiens.

Il n’y a désormais plus de raison pour ne pas employer l’Académie pour ce à quoi elle fut toujours été destinée : faire évoluer et partager  vos connaissances en les enrichissant de celles de vos prédécesseurs et contemporains.

Nous sommes confiants que nous parviendrons ensemble à amener notre profession à la place qu’elle mérite : au point d’équilibre d’un monde toujours en métamorphose.

 

Lucas Vergnettes, Président de l’AO

 

Suivant l’inspiration de la lecture du livre de Robert Lever :  « At the still point of the turning world : The Art and Philosophy of Osteopathy. Handspring Publishing Ltd, 2013 »

 

Video

Actualités / Agenda

FORMATION : OSTEOPATHIE ET TRAUMATISME PSYCHIQUE

22/03/2014au24/03/2014

BUT : Permettre aux ostéopathes de mieux prendre en charge des victimes de traumatismes souffrant de troubles douloureux et de troubles anxieux post-traumatiques.

DATES : les samedi 22, dimanche 23 et lundi 24 MARS 2014

LIEU : en région parisienne (informations transmises aux personnes inscrites)

TARIF : 450 €. Tarif réduit à 360€ pour tous les adhérents de l’AO (plus d’informations, cliquer ici). Un bulletin d’inscription sera adressé sur demande à ropars.chantal@sfr.fr

LA FORMATRICE : Chantal Ropars

Ostéopathe DO depuis 1989, Docteur en psychologie : « Traumatisme psychique pris en charge par ostéopathie » de l’UCL (Belgique). Formatrice en collège d’ostéopathie depuis plus de dix ans et dans le certificat de spécialisation en psychosomatique de l’Institut Catholique de Paris.

CONTENU :

Théorie

Acquérir les connaissances de base sur la clinique du traumatisme psychique

  • l’Etat de Stress Post-traumatique (ESPT) selon le DSMIV-R
  • modifications neuroendocriniennes dans l’Etat de Stress Post-traumatique
  • troubles identitaires et troubles mnésiques dans l’ESPT
  • comorbidités fréquentes : addictions et dépression

Connaître les bases de la psychopathologie

  • les différentes formes de troubles anxieux
  • leur appartenance aux névroses actuelles ou psycho-infantiles
  • potentiel thérapeutique de l’ostéopathie selon cette appartenance

Connaître les bases des structures psychiques

  • conscient/inconscient/préconscient
  • les caractéristiques des structures psychotique, perverse et névrotique
  • les personnalités hystérique, obsessionnelle
  • les personnalités borderline : personnalités narcissiques et psychopathes

 

Pratique

 

  • Mieux connaitre les différentes composantes d’une personnalité
  • Découvrir ou perfectionner sa pratique de l’écoute active pour mettre en route le travail d’autoréparation et d’intégration des données traumatiques.
  • Connaitre les limites de l’indication de l’ostéopathie dans les troubles anxieux et savoir comment et quand adresser à un psychiatre ou à un psychothérapeute.

La clinique du traumatisme appartient depuis longtemps au champ de la psychologie et, c’est moins connu, au champ de l’ostéopathie. En effet, les ostéopathes possèdent un savoir-faire pertinent qui les confronte sans cesse à des victimes de traumatisme, ce qui leur confère une place singulière pour enrichir les connaissances sur le traumatisme. En outre la pratique de l’ostéopathie met en lumière de façon spécifique le lien psyché/soma car on y dialogue directement avec le corps traumatisé. Le point de vue psychosomatique se trouve enrichi par des connaissances bien différentes de celles offertes, par exemple, lors d’une prise en charge institutionnelle d’un patient douloureux chronique. En effet, le travail d’ostéopathie tissulaire sollicite de façon spécifique les fibres C, dont on sait depuis longtemps qu’elles ne sont pas réservées à la douleur et qu’elles participent à l’homéostasie comme au sentiment de bien-être (ou mal-être) via leurs projections sur l’insula et le cortex cingulaire antérieur.

Même si l’intérêt de la recherche en psychosomatique et sur des troubles anxieux se porte sur le corps comme base du sentiment d’identité, le dialogue de l’ostéopathie avec le corps traumatisé produit des effets psychiques qui restent aujourd’hui encore mal connus et aussi trop peu utilisés.

Les échanges entre professionnels sont fructueux dès lors qu’ils reposent sur un vocabulaire commun. C’est à ce prix qu’on obtient une convergence des pratiques, un progrès des connaissances et finalement une meilleure qualité du soin des patients. C’est pourquoi les ostéopathes gagneraient à connaitre les fondements des modes de traitement psychologiques des séquelles traumatiques. Ils y verraient notamment que les neurosciences ont montré l’intérêt thérapeutique des états dissociatifs. Les obtenir lors de psychothérapies ou pendant un travail d’ostéopathie tissulaire modifie certains de leurs effets mais pas leur intérêt dans le traitement des troubles anxieux post-traumatiques.

Grâce aux apports récents de la recherche on a pu expliquer les effets thérapeutiques significatifs d’une prise en charge ostéopathique de victimes d’Etat de Stress post-traumatique. Et, fait très appréciable pour l’ostéopathe, le retraitement des données traumatiques psychiques se produit en restant au plus près du travail ostéopathique. Quand le stress post-traumatique et ses effets sont bien connus, il suffit d’une écoute qui comprend et de quelques mots seulement pour aider la victime à initier le travail psychique d’intégration des données traumatiques.

A terme le but de cette formation est de commencer à constituer un réseau de praticiens ostéopathes spécialement compétents dans le stress post-traumatique afin d’assurer un suivi pertinent des victimes de traumatismes graves. En effet, les séquelles physiques et psychiques se conjuguent et il est souvent nécessaire de passer du registre physique au registre psychique, et réciproquement, pour accompagner au mieux le traitement de la victime. Pour valider leurs connaissances théoriques sur l’Etat de Stress Post-Traumatique, les ostéopathes seront conviés à passer un certificat d’une université canadienne sur ce thème. La partie pratique reposera sur la formation proposée ici.

MISE EN ACTION DE LA FORMATION

Trois domaines de connaissance se partagent le temps du stage :

1/ Les séquelles psychologiques lors de traumatisme grave et les mouvements naturels d’autoréparation. Les mécanismes habituels de l’ostéopathie dans ce cadre. Observation des mouvements psychiques thérapeutiques conservés et de ceux qui font défaut à la lumière des connaissances des neurosciences sur l’Etat de Stress Post-Traumatique.

2/ La pratique de la communication, sur base d’écoute active, est un outil idéal pour l’ostéopathe afin d’initier le processus psychique d’autoréparation quand il fait défaut. La théorie de l’écoute active est extrêmement simple, son efficacité est certaine. La pratique, comme toute pratique, demande une maturation, mais connaître au moins les bases et la direction à prendre est un début nécessaire.

3/ Enfin l’efficacité de l’écoute active se potentialise beaucoup si elle s’appuie sur d’autres connaissances plus générales de psychologie : rapports conscient/inconscient au sein des différentes structures, personnalités et pathologies psychiques.

C’est donc un stage qui comprend de nombreux exercices interactifs spécifiques à la relation ostéopathe/patient et exemples de cas de séances d’ostéopathie avec des patients victimes de stress post-traumatique.

Sources et informations de référence :

Articles :

  • Après l’accident. C. Ropars. ApoStill N°17
  • Recherche pilote et repères diagnostics C. Ropars. ApoStill N°24-25

Résumé de thèse :

En savoir plus